Vous êtes ici Les acanthomorphes antarctiques / Le genre Artedidraco est paraphylétique

Le genre Artedidraco est paraphylétique


Par Bruno - Posté le 02 janvier 2013

Les téléostéens antarctiques de la famille des artedidraconidés se reconnaissent bien à leur barbillon mentonnier et leur opercule pourvu d’un crochet. Ce sont de petits animaux benthiques d’une longueur comprise entre 10 et 34 centimètres, dotés de grandes nageoires dorsales. La famille est monophylétique, c’est-à-dire que les 27 espèces qui la constituent sont bien plus étroitement apparentées entre elles qu’elles ne le sont de quoi que ce soit d’autre. Cependant, les relations au sein même de la famille restaient inexplorées. Elle est composée des genres Artedidraco (6 espèces), Pogonophryne (19 espèces), Dolloidraco (1 espèce), et Histiodraco (1 espèce).

Arbre de consensus montrant la paraphylie du genre Artedidraco d'après Lecointre et al.[1] 2011 (dont les noms d'espèces sont soulignées en rouge)

L’équipe a comparé les séquences d’ADN de 77 individus pour trois gènes mitochondriaux (cytochrome oxydase I, cytochrome b, d-loop) et un gène nucléaire (la rhodopsine). A partir de ces comparaisons il a été possible d’établir les relations de parenté entre cinq des six espèces du genre Artedidraco, ainsi que Histiodraco, Dolloidraco et deux espèces de Pogonophryne. Il apparaît clairement que les trois derniers genres sont bel et bien nichés au sein du genre Artedidraco. Par exemple, Artedidraco mirus et Artedidraco shackletoni sont plus apparentés à Histiodraco et Dolloidraco qu’aux autres espèces d’Artedidraco. Le genre Artedidraco est donc paraphylétique. Dans l’arbre, il apparaît certaines tendances morphologiques depuis A. skottsbergi vers A. mirus, comme l’augmentation du nombre d’écailles tubulaires le long de la ligne latérale supérieure, la diminution du nombre d’écailles en forme de disque, la diminution du nombre de côtes épi-pleurales et l’augmentation du nombre de côtes pleurales (ce qu’on appelle communément les « arêtes de poissons »).

Pour en savoir plus :


Références